Beauté

Le henné pour les nulles (comme moi!)

La rentrée, c’est synonyme de changement de tête.

Sauf que cette année, je dois laisser pousser mes cheveux fous pour pouvoir les attacher. Pas de coupe révolutionnaire à l’horizon donc.
Mais là, bon sang, une rentrée sans changement, c’est comme un noël sans père Noël, comme une messe sans prêtre, comme une vache sans lait, comme un soleil sans rayons (t’en veux encore ou bien j’en ai assez?).
J’ai donc, en bonne pressée que je suis, refusé d’attendre qu’une éventuelle commande aroma-zone n’arrive dans ma boite aux lettres, et ai donc pris le chemin du rayon beauté de ma Biocoop. Du henné de perse reflets cannelle & co? Ca fera l’affaire.
henné de perse
poudre de henné de perse
(J’ai pas pu m’empêcher, pardon, mais c’est trop bon bouhaha)

 

La notice est claire, je mets de l’eau chaude dans la poudre, pour que ça fasse une pâte, si je veux j’ajoute un yaourt pour que ce soit nourrissant, mais tiens ça tombe mal je n’ai pas de yaourt donc je mets de l’huile de jojoba. La tambouille maison ressemble vaguement à de la pâté, mais en plus liquide. Ou de l’argile en plus solide.
Je pensais que j’arriverais à une pâte lisse parfaite, mais c’est ma déformation professionnelle de pâte à GATEAUX qui faisait son boulot.
Bref t’auras compris que j’ai bien mélangé. Ca donnait presque envie d’en manger ou pas.
Ensuite, je n’avais pas de gants, et en plus de ça j’ai gardé mon tee shirt, ça va que c’était un truc que j’avais bricolé moi-même auquel je tenais moyen.
Je n’ai pas trop d’expérience en coloration, j’avoue que j’ai eu un mal de chien à m’étaler la pâte épaisse à l’odeur me rappelant vraiment le foin que je donnais à mon lapin fût un temps. Du coup j’ai fait ça de façon peu uniforme, en en mettant partout comme mimi cracra.
henné de perse en pose
Quand ma salle de bain ressemblâsse à un champs de bataille digne de ce nom, je rinçais mes mains, avec grande surprise en les retrouvant orange. Ca m’a rassuré sur le pouvoir colorant ceci dit.
Pas trop aventurière, je n’ai laissé poser qu’une petite heure, je n’avais pas envie de devenir rousse, et je ne savais pas comment réagiraient mes cheveux.
Le rinçage est fastidieux, tu as l’impression d’avoir fait un combat de boue de Fort Boyard (mais si, tu sais, le moment sexy où deux nanas se battaient dans la boue jusqu’à ce qu’une des deux fasse semblant de mourir).
Je n’ai pas lavé mes cheveux aux shampoing, c’est déconseillé.
Et puis au final j’ai attendu que ça sèche naturellement (encore par peur de créer une réaction bizarre avec la chaleur).
C’est plutôt joli, même si ça reste discret. Mes mèches éclaircies par le soleil ont pris de jolis reflets rouge/orangés.
L’avantage avec le henné c’est que ça n’abîme pas le cheveu, ça le recouvre d’une couche supplémentaire, contrairement aux colorations traditionnelles qui cassent la partie colorée du cheveu pour la remplacer. Du coup, je n’ai pas remarqué de différence de nature de cheveu avant/après, ce qui apparaît comme normal.
Le premier henné part rapidement de ce que j’ai pu lire, et je pense retenter l’expérience, en répartissant mieux le produit, et en laissant poser plus longtemps.
Pour celles qui souhaitent changer de tête, nuancer leur couleur, où renforcer la leur, c’est une parfaite alternative aux produits colorants chimiques. Pour celles qui veulent couvrir leurs cheveux blancs c’est une autre histoire!

Allez, dans quelques mois on m’appellera peut-être poil de carotte, qui sait! 🙂

rendu du henné de perse

 

Et toi le henné, ça te paraît archaïque, ça te fait peur, ou au contraire, c’est le BIG LOVE?

22 Commentaires

Commenter

En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.