Desserts Vegan

Beignets orange et chocolat façon Pim’s

Je vous en parlais récemment, j’ai une énorme passion pour les biscuits et gâteaux « de vieux ». Ne faites pas comme si vous étiez choqué.e.s par cette introduction : je le dis sans malice et avec un brin de plaisir car je crois que mon âme doit cumuler toutes les passions du club du troisième âge.
Dans cette catégorie, je range évidemment ma passion point de croix, mais aussi et surtout ma passion pour ces préparations industrielles qui ont des saveurs qui n’ont plus vraiment le vent en poupe : les pim’s, les after eight et oserais-je ajouter les figolu ?
C’est face à mon adoration du mélange orange et chocolat que j’ai décidé de préparer ces beignets, des beignets « pim’s » .

Beignets chocolat et orange

Quel garniture pour des beignets fourrés à l’orange ?

J’ai pas mal réfléchi à la question, pensez-bien. Déjà, je suis partie de la base de la base ; les pim’s, c’est une garniture toute fine d’orange gélifiée, et un peu de chocolat par dessus, le tout posé sur une épaisseur règlementaire de génoise très légère.
Je voulais conserver une certaine cohérence concernant la répartition (grand cheval de bataille personnel que de préserver les jeux de textures en bouche), qui fait aussi tout le succès.
Ma pâte à beignets est finalement très peu sucrée, et même si j’ai pensé à l’idée d’un curd à l’orange, j’ai trouvé que ce serait trop différent de la version originale, mais aussi, que ça compliquerait inutilement la recette.

A la place de ça, j’ai simplement acheté un pot de confiture d’orange amère, et je suis partie à la conquête des beignets orange chocolat en toute simplicité.
Concernant la quantité, à vous de juger évidemment, mais comme on est sur de la confiture, ça reste assez sucré : je vous déconseille de les garnir à les faire exploser comme on pourrait l’envisager avec une version à la compote de pommes, car vous risqueriez de finir avec le coeur au bord des lèvres.

Comment garnir mes beignets ?

Une grande question s’il en est et qui a sont importance quand on va pour les glacer ensuite comme ici avec du chocolat : comment garnir proprement ses beignets ?
Je ne vais pas mentir, moi, j’y vais vraiment à l’arrache (alors qu’il existe une douille à garnir pour ça, mais je ne fais pas assez de beignets) en faisant un trou avec un couteau, que j’élargis sans abuser afin de créer un espace vide au centre du beignet. C’est un petit coup de main à prendre, l’idée est de garder un trou d’entrée raisonnablement petit afin d’éviter de voir la garniture ressortir.
Ensuite, pour cette recette, il vous faudra une poche à douille car pour pouvoir les glacer au chocolat intégralement ensuite, il ne faut pas que votre beignet dégouline de partout et ne soit coupé en deux !

Glacer des beignets au chocolat

Souvent j’indique « chocolat à pâtisser » dans mes recettes (et même parfois, j’oublie) : ici il vous faudra un chocolat dit de couverture.
Le chocolat de couverture, c’est un chocolat qui contient plus de beurre de cacao, et qui va donc avoir un rendu plus croquant et cassant en bouche.
Si on se souvient bien, un pim’s quand on le croque, ça croque !
Pour ces beignets, l’idée était aussi de recréer ce croquant, d’avoir une coque cassante et bien lisse.
Pour le lisse, c’est un peu compliqué car les beignets sont rarement intégralement lisses, mais le glaçage demeure bien cassant !

En général, quand on fait l’acquisition d’un chocolat de couverture, en regardant le dos du paquet, on y trouve sa « courbe de température ». C’est une sorte de graphique qui détaille à quelle température maximum le faire fondre, puis le faire refroidir et ensuite le faire réchauffer légèrement pour qu’il soit parfait au moment de son utilisation.
Vous allez vous dire que c’est bien compliqué mes âneries, il n’empêche que c’est en procédant méticuleusement à l’utilisation d’un chocolat à bonne température et qui a respecté cette courbe qu’on obtient un chocolat qui conserve ses propriétés.


Je suis sûre que vous avez déjà eu les cas suivants :

  • Un chocolat qui blanchit au moment de refroidir et qui fait des vagues moches
  • Un chocolat qui ne redevient plus vraiment dur et cassant
  • Un chocolat qui fond instantanément quand on le touche

Et bien tous ces soucis ne sont en fait que des problèmes liés à ce « tablage » du chocolat. On dit tablage car traditionnellement on le mettait sur le plan de travail en marbre pour le faire redescendre en température avant de le chauffer de nouveau pour l’utiliser.
En prime de son cassant, le chocolat de couverture est également plus fluide (sauf rares exceptions qui ont été pensées pour certaines utilisations bien précises). Dans notre cas c’est important, et j’ajoute encore un peu d’huile végétale pour le fluidifier d’avantage.

Je le dis je pense, assez régulièrement : on ne met jamais d’eau dans le chocolat pour le fluidifier, on préfèrera de l’huile, car le chocolat fige au contact de l’eau.

Je vous conseille d’éviter les marques de grande surface qui en vendent mais qui reste de qualité assez médiocre : il existe en magasin bio la marque Kaoka qui en propose qui est de qualité correcte, mais je ne peux que vous conseiller d’investir de temps en temps (le chocolat se conserve de longs mois) afin d’avoir de quoi réaliser ce genre de choses avec un chocolat vraiment chouette.
Et au pire, les pistoles de chocolat sont aussi très bien dans les cookies ou pour faire des fondants au chocolat !

Beignets glacés au chocolat croquant

Si vous aimez beaucoup les beignets mais pas les beignets à l’orange, voici la recette de base des beignets fourrés à la pâte à tartiner (dont la pate est un peu moins moelleuse mais plus facile à réaliser).

Beignets chocolat et orange

Des beignets moelleux, fourrés à la confiture d'orange amère et couverts de chocolat noir qui forme une couche croquante, rappelant les biscuits pim's.
Temps de préparation45 min
Temps de cuisson8 min
Temps de pousse1 h 30 min
Type de plat: Dessert
Cuisine: Française
Portions: 8 beignets

Ingrédients

  • 15 g levure fraîche de boulanger
  • 40 g margarine
  • 130 ml lait
  • 100 g yaourt de soja
  • 50 g sucre en poudre
  • 340 g farine de blé t 45
  • 1/2 c. à café sel fin
  • 1 c. à café arôme vanille
  • 400 g chocolat de couverture
  • 370 g confiture orange amère

Instructions

  • Dans le fond de votre saladier ou de votre cuve, déposez la levure fraîche émiettée, puis la farine par dessus, et enfin le reste des ingrédients (sauf le chocolat et la confiture) en ayant pris soin de faire fondre la margarine.
  • Pétrissez soit à la main, soit avec le crochet de votre batteur. Cette pâte est bien hydratée, je vous conseille donc de réduire légèrement la proportion d'eau (à une centaine de millilitres), car elle risque d'être très collante à manier.
    Au robot ou à la main, pétrissez une dizaine de minutes, pour que la pâte soit bien élastique et pour permettre de développer le gluten de la pâte.
  • Laissez pousser une heure environ, en couvrant votre saladier ou votre cuve de batteur, pour que la pâte double de volume.
  • Ensuite, le mieux reste de la mettre au frais, pour faciliter le travail mais aussi lui conférer un moelleux sans pareil. Le mieux, c'est toute une nuit. Si vous ne pouvez pas, la recette fonctionnera quand même.
  • Etalez la pâte sur une épaisseur d'environ 2 cm, et détaillez des ronds, le plus simple étant à l'emporte pièce (mais tout le monde n'a pas un emporte pièce de 8 cm chez lui/elle).
  • Déposez sur une plaque de cuisson avec du papier sulfurisé (non, on ne va pas les cuire au four, restez), et laissez pousser une bonne demi heure, plus si besoin : les beignets doivent prendre un peu de volume, sans pour autant trop pousser, ce qui rendrait leur manipulation compliquée ensuite.
  • Faites chauffer un bain d'huile à 180-185°C puis plongez vos beignets, en les retournant quand ils dorent. Plus chaude, l'huile risque de se dégrader, et les beignets de cuire trop vite, pas assez, ils se gorgeront d'huile et seront très gras (même si on aime la friture, pas à ce point tout de même).
  • Une fois cuits, laissez sur un papier absorbant (désolée mais jusqu'ici je n'ai rien trouvé qui s'y substitue, les torchons ne sont pas aussi biens).
  • Une fois manipulables au niveau de la température, garnissez en créant une petite fente que vous élargirez, et en garnissant à la poche à douille. Fouettez la confiture et au besoin, mixez pour qu'elle soit lisse. Utilisez une poche à douille pour garnir, sans excès : si les beignets sont trop remplis, ils risquent de couler dans le chocolat !
  • Faites fondre le chocolat en respectant au mieux la courbe de température indiquée généralement au dos de votre paquet. Si le chocolat n'est pas assez fluide, ajoutez une petite cuillère d'huile végétale (par exemple pépin de raisin ou autre huile désodorisée).
  • Trempez vos beignets dans le chocolat puis déposez sur une plaque en essayant de retirer le surplus sur le dessous pour ne pas avoir un pied trop large ou épais sous le beignet.
  • Vous pouvez passer les beignets aux frais pour que le chocolat durcisse plus rapidement.
  • Sortez du frais au moment de déguster pour apprécier le croquant extrême de la coque de chocolat ! De plus, les beignets étant de la friture, ils se conservent assez mal mais peuvent allonger leur durée de vie en étant gardés au frais où ils rancissent moins vite.

Notes

Selon la taille de vos beignets, vous aurez de 8 à 10 unités.

4 Commentaires

  • Ça donne tellement envie mais jamais je pourrais faire bouillir de l’huile ! (Team flipette) surtout que j’ai de la confiture d’orange amère faite moi même l’année dernière ! En tout cas, C’est très appétissant et si d’aventures tu en refaisais et que tu en avais trop je peux faire le déplacement pour en manger 😂😂 (quand je pense que je suis allée au départ sur ton site pour faire une recherche au cas où tu aurais des recettes pour accompagner mes salsifis …)

    • Tu peux faire bouillir de l’huile, le tout est de ne pas balancer de l’eau dedans :p !
      Ca fait loin le beignet tout de même non ? haha
      C’est un peu comme Ikea ici : tu viens pour un meuble, tu repars avec une bougie :p

  • Olala, ça me fait saliver ! Peut-être que ça me motivera pour enfiler ma tenue de friture (habits de peinture, tablier, bonnet de piscine).
    As-tu des conseils en matière de marque de chocolat de couverture ? je n’ai pas regardé ces derniers temps mais pendant tout un temps on parlait beaucoup de Valrhona. Merci !

    • Coucou Louise !
      Alors pas vraiment, si ce n’est qu’effectivement mieux vaut privilégier les vraies marques chocolatières et pas les marques qui font du chocolat pâtissier en supermarché car ça reste relativement médiocre.
      Valrhona est top, bien qu’un peu cher, sinon, en bio et équitable, celui de Kaoka est aussi très cool, je l’achète dans leurs sacs d’un kilo.

Commenter

Evaluation de la recette




En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.