Recettes salées Sans gluten Vegan

Omelette d’été

L’omelette, c’est surtout un truc qu’on se fait avec des champignons, l’hiver, ou l’automne. Si on est un peu fifou dans sa tête, on ajoute des pommes de terre, et c’est vraiment l’éclate.
On dit souvent qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs, les personnes qui me suivent depuis un moment auront notifié la recette d’omelette présente sur le blog qu’on peut, et même que c’est plutôt bon.
J’ai changé d’avis sur la composition entre temps car comme pour beaucoup de recettes dont la quiche, je n’ai presque jamais de tofu soyeux chez moi : de tous les produits basique, c’est celui que j’ai le moins facilement à disposition.
Cette omelette est un repas d’une extrême rapidité à préparer, et ça tombe bien. Les cordonniers sont souvent mal chaussés, et niveau nourriture, quand je suis seule chez moi et que je travaille, j’ai tendance à ne pas vraiment me préparer de bons petits plats.
J’essaye de plus en plus de réfléchir à des plats prêts très rapidement, et l’été pour ça, c’est vraiment fantastique : il y a beaucoup de fruits et légumes qu’on peut mettre sur ce genre de préparations.
Bref, tout ça pour vous dire que je vous invite vraiment à vous laisser charmer par cette omelette aux légumes d’été, et à la décliner autant que vous le souhaiterez.

Omelette d'été garnie

L’omelette vegan

L’omelette, c’est des oeufs et encore des oeufs. Sans oeufs, ça fait de l’air.
Dans notre cas, la base de cette omelette est très simple et me sert, dans des proportions différentes, à faire mes appareils à quiche.
J’utilise du yaourt de soja, de la crème de soja, de la fécule, de la farine de pois chiches, et j’obtiens une préparation que je cuis à la poêle, très simplement.
Je précise qu’il est quand même nécessaire d’avoir un matériel de cuisson qui n’accroche pas : soit un truc avec un revêtement qui n’adhère pas, soit de la fonte bien culottée ! Ce serait dommage de rester avec son omelette collée au fond.

De même, les préparations vegan sont moins aériennes et légères que celles à base d’oeuf, on va donc les réaliser plus fines afin d’éviter de s’étouffer avec.

Omelette aux tomates

Garniture pour une omelette d’été

Je dois dire ici que je suis parie sur un concept qui s’apparente mois à l’omelette classique (où tout est DANS l’omelette et non pas dessus) qu’à une crêpe épaisse.
Lorsque Mélanie et Azilis, compères de Le cul de poule et Rose Citron, sont venues me rendre visite, nous avons mangé dans un restaurant qui proposait des soccas. Si vous ne connaissez pas cette préparation, c’est une galette à base de farine de pois chiches, qui nous vient du sud de la France.
C’était rudement chouette parce que c’était à la fois nourrissant, et en même temps, pas trop lourd quand il fait chaud.
Je suis restée sur du très basique : comment garnir quelque chose en été sans y coller des tomates ? J’avais songé initialement à y mettre aussi des poivrons cuits à la poêle (mais bon, j’y suis allergique donc ça aurait été dommage), mais c’est tout de suite une préparation qui doit être cuite.

J’ai donc opté pour du 100% crudités avec des tomates fraîches, de la roquette, du concombre et des graines de courge.
Une tomate n’étant pas une tomate tant qu’elle n’a pas vu le soleil, je vous conseille de prendre de belles tomates à l’ancienne, bien charnues, bien savoureuses. Je ne sais pas si vous le saviez, moi je ne l’ai pas toujours su donc je vous le dis ici : toutes les tomates « anciennes » qu’on voit en supermarché classique, sont en fait des variétés pas si anciennes. On a isolé les caractéristiques qui « font » qu’on a le sentiment d’être sur de la tomate authentique, à savoir l’aspect côtelé, les formes un peu différentes etc … Mais on reste sur de la tomate qui pousse sous serre, parfois dans des substrats. En bref, on est très loin de l’authenticité d’une belle tomate qui a poussé sous le soleil et ça se ressent au goût.
Une vraie belle tomate se doit d’être un peu fondante sous la main quand on la touche : une tomate mûre ne doit en aucun cas être dure !
Je ne vais pas ici faire tout un cours sur « comment choisis ses tomates » parce que ce n’est pas le sujet de cœur, mais voilà : prenez-en des bonnes, c’est toujours mieux !

J’ai aussi pris le parti d’ajouter du fromage frais en garniture. C’est un petit fromage frais que j’achète en bocal au magasin bio, de la marque Nutty Bay. Sans grosse originalité, c’est un fromage de noix de cajou (vivement que le savoir se déploie sur des alternatives plus locales), mais au lieu d’être un simple mélange tout juste mixé, c’est aussi fermenté, ce qui lui apporte une vraie saveur fromagère et un peu aigre, légèrement acidulée. Je vous avais proposé une recette de fromage frais maison, si vous n’avez pas cette marque (ou une autre que vous aimez) vous pouvez évidemment le faire vous-mêmes ! Vous avez également la version de fromage frais aux herbes sur base de yaourt de soja.
Je vous encourage vivement en tous les cas à les goûter si vous les croisez.

Omelette aux légumes d'été

Omelette d'été
Imprimer la recette
5 from 4 votes

Omelette d’été

Portions: 1 omelette

Ingrédients

L'omelette vegan

  • 100 g yaourt de soja
  • 50 g crème de soja
  • 50 g farine de pois chiches
  • 50 g eau
  • 1/4 c. à café sel kala namak ou à défaut du sel normal
  • 1 c. à soupe d'huile

La garniture

  • 30 g roquette
  • 1 tomate
  • 1/4 concombre
  • 1 oignon frais
  • 1 c. à soupe fromage frais
  • 1 filet vinaigre balsamique
  • 10 g graines de courge
  • olives kalamata

Instructions

  • Dans un récipient adapté, et à l'aide du mixeur plongeant, mixez tous les ingrédients de l'omelette (sauf l'huile) pour obtenir une préparation homogène.
  • Dans une poêle anti adhésive ou tout autre poêle qui cuit sans accrocher, faites cuire l'omelette dans la cuillère d'huile. Couvrez pendant la cuisson afin que l'omelette reste un peu humide et ne devienne pas sèche. Au bout de 5 bonnes minutes, soulevez pour vérifier la cuisson : quand elle commence à dorer, je la retourne pour faire dorer l'autre côté, cette fois sans le couvercle.
  • Préparez la garniture de crudités : rincez la tomate, la roquette, le concombre et l'oignon frais.
    Ciselez finement l'oignon frais (la quantité dépend de vos goûts), coupez la tomate en grosses tranches bien charnues, et le concombre en rondelles ou en lamelles à l'économe. J'ai préféré conserver la peau qui apporte ici une saveur agréable.
  • Une fois l'omelette cuite, disposez les crudités, les graines de courge, olives, puis le fromage frais. J'ai mis à titre indicatif une cuillère à soupe mais c'est également selon vos préférences. Ensuite, arrosez d'un filet de vinaigre balsamique. On peut aussi simplement opter pour une vinaigrette tout ce qu'il y a de plus classique, mais l'acidité est importante pour venir apporter de la salivation dans tout ça.
  • L'omelette peut se manger chaude ou froide : elle est toujours délicieuse !

Notes

1 Omelette me fait office d’un repas. Ca a l’air conséquent mais c’est finalement une portion rassasiante ! 
Vous pouvez évidemment en manger moins selon votre appétit.

13 Commentaires

Commenter

Evaluation de la recette




En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.