Vie pratique

Comment gérer l’arrivée d’un nouveau chat dans la maison?

Avoir un chat c’est bien, avoir deux chats, c’est mieux! Je vous parlais il y a quelques mois de l’adoption d’Aram avec l’association Solana. Notre plus grosse crainte était de gérer correctement l’arrivée du nouveau poilu dans la maison. Nous avons donc cherché bon nombre de conseils partout (associations, professionnel de santé animale, forums, livres, chamanes des montagnes, druides), et je vous ai donc fait une synthèse de tout ça, et de notre expérience.

Nouveau chat dans une maison et bagarre

 

L’importance d’un intégration réussie

 

Ca peut paraître sot de la rappeler, mais un chat est un animal territorial. L’arrivée d’un autre chat ou d’un autre animal (et même parfois d’un nouvel humain) est pour lui une intrusion avant tout, sur ce qu’il considère comme son territoire.
Si l’intégration est mal gérée, des chats qui auraient pu s’entendre vont potentiellement ne pas pouvoir se sentir.

 

Comment savoir à l’avance si deux chats vont s’entendre?

 

C’est simple, à moins que vous ayez l’adresse d’une bonne médium, ce n’est pas possible.
Comme les humains, les chats ont des caractères très variés, et un chat très doux avec les humains pourra être une vraie furie en présence d’un autre chat. Et même si vous avez déjà vu votre chat avec d’autres animaux, il se peut qu’avec un autre, ce soit tout à fait différent. Le mix and match est donc un peu compliqué à prédire.
Il y a quand même des prédispositions au niveau du caractère qui font qu’on peut envisager facilement un autre habitant dans la maison : par exemple, Nova avait déjà été très copine avec un autre chat (Léon, un gros mâle roux!). Nous savions qu’elle n’était pas très territoriale de par son passé, nous espérions que sa vie en appartement ne l’aurait pas changée.
Les associations ont également une bonne idée du caractère des chats qu’ils mettent à l’adoption. Si vous possédez déjà un chat, il est intéressant de se pencher plutôt sur les cas qui aiment la compagnie de leurs pairs (vérifiez bien aussi que le chat ne soit pas atteint du FIV si le vôtre n’est pas porteur car il risque alors de l’attraper au cours d’une bagarre par exemple).
Concernant le sexe et l’âge, il semblerait que les femelles soient les plus difficiles à accepter un nouveau venu, le mieux étant de prendre un chat de sexe opposé et plus jeune, qui représentera donc moins une menace pour le territoire.

 

Comment procéder à l’arrivée du chat?

 

Tous les conseils ont été unanimes : les deux chats doivent au plus possible ne pas pouvoir s’approcher de trop près dans un premier temps.
J’avais vu une vidéo sur internet d’une dame qui expliquait qu’elle lâchait les nouveaux arrivants chatons au plus vite, pour rompre la période d’adaptation. On nous a déconseillé vivement cette approche, qui s’avère très envahissante pour le chat de la maison mais aussi peu rassurante pour le nouveau venu qui n’a pas du tout le temps de prendre ses marques.

Nous avons donc réalisé la rencontre progressivement:

  • Les premiers jours : Le nouveau chat est isolé dans une pièce, avec tout le nécessaire pour jouer, manger, boire, faire ses besoins et dormir. Ca lui permet de se familiariser avec un espace, de le considérer comme un refuge, un endroit rassurant. Le chat de la maison garde presque tout son territoire habituel. Généralement la curiosité pousse les deux chats à se sentir par dessous la porte. C’est leur premier contact!
    Ils commencent aussi à se connaître indirectement via nos mains et vêtements, qui véhiculent l’odeur d’un chat à l’autre et les habitue petit à petit à une première présence invisible mais bien réelle.
    Il n’est pas rare que ça feule un peu, et que ça grogne. Nova n’a pas arrêté de ronchonner contre cet envahisseur inconnu dans les premiers jours.
    A savoir : il peut-être difficile pour le nouvel habitant d’être reclus dans une pièce, surtout si comme Aram c’est une boule d’énergie et qu’il ne supporte pas la solitude, même sur de petites périodes (pour rappel, un chaton ne doit pas rester plus de quelques heures seul). Dans ce cas, par moments, nous lui laissions un peu plus de terrain de jeu pendant une petite heure et amenuisions le territoire de Nova en étant chacun avec un chat pour éviter tout sentiment de jalousie. Ensuite, c’était encore un jeu de piste pour apprendre à se connaître à travers les marquages.
  • Après les premiers jours : Les conseils reçus étaient de laisser une semaine d’acclimatation entre les deux.
    Au bout de 4 jours nous avons commencé à entrouvrir la porte pour qu’ils puissent se sentir vraiment en face à face, car Aram hurlait à longueur de journée derrière la porte (par curiosité ou par ennui, ou les deux?) et nous craignions que les voisins finissent par se lasser.
    Aram étant jeune, il a tout de suite voulu jouer, bien au delà des codes sociaux des chats plus âgés et plus méfiants.
    Nova n’a pas du tout apprécié. Leurs premiers échanges ont été bagarreurs. Une chose est certaine : on n’intervient pas dans les règlements de compte.
    Un chat ne tuera pas un autre chat. Eventuellement ils auront quelques égratignures mais ça s’arrêtera là. Ce qui se joue est très important : c’est le moment où ils établissent les limites et les règles, c’est leur façon de communiquer, certes un peu violente pour nous, mais leur manière de faire. Alors sauf si vraiment ça dégénère très fort et qu’un chat se retrouve avec un oeil en moins, on reste en retrait.
  • Après les premiers contacts : les premiers coups de pattes donnés, ils ont enfin fini par pouvoir rester dans la même pièce sans vraiment entrer en contact. Comme deux humains qui se rencontrent, au départ on discute, on fait les présentations, on se sent obligé de dire ou faire quelque chose, et ensuite, on s’habitue.
    Nous avons observé une période d’une bonne semaine supplémentaire avant de les laisser ensemble lorsque nous n’étions pas chez nous. Quand nous avons vu qu’ils se battaient plus pour la forme que pour de bon, nous ne les avons plus séparé, sauf quand ils s’énervaient tous les deux (et plus souvent pour nous que pour eux, deux chats qui se battent et qui se coursent dans un appartement, même grand, c’est assez éprouvant!).

Note : Aram a du s’absenter une demi journée pour aller se faire castrer. En rentrant, Nova s’est remise à lui grogner dessus et à le rejeter. Nous avons fini par comprendre qu’il avait certainement une odeur stressante sur lui. La situation s’est vite tassée par la suite.

 

L’équilibre fragile d’un cohabitation entre deux chats

 

Il y a généralement deux issues à une acclimatation entre deux chats : l’amour ou l’indifférence
Clairement, si Nova a essayé au départ d’aller vers Aram pour lui lécher les oreilles, ce dernier ne s’est jamais laissé faire, préférant lui mordre le ventre (parfois pour jouer, parfois pas, le bougre).
La majeure partie du temps, ils cohabitent donc sans vraiment entrer en contact. Ils ne se détestent pas non plus, ils mangent ensemble, se croisent sans problème, partagent certaines activités (comme mater les gros pigeons dodus sur le lampadaire en face), mais ils ne sont pas de bons copains toute la journée.
Parfois ils se battent, parfois ils dorment tous les deux sur le canapé à distance réduite. C’est une relation complexe que nous n’essayons pas d’influencer en les rapprochant volontairement ou en les forçant à quoi que ce soit.
Ils réagissent à l’autre dans de rares moments, quand par exemple Aram hurle à la mort quand on le nettoie au gant quand il a les poils souillés (Aaaah les angora et la caisse … ! ) ou quand Nova miaule la nuit en rapportant son plaid pour qu’on la cajole.
Ce qui est certain, c’est que nous avons à coeur d’agir pareil avec l’un et l’autre pour ne pas influencer leurs relations en y ajoutant de la jalousie ou un sentiment de délaissement qui pourrait les mener vers une dépression (les animaux sont sensibles aux changements, et une dépression est difficile à soigner).
De fait, quand on les enferme dans le salon pour la nuit quand ils sont pris d’une envie de chat bagarreur à minuit, ils y vont tous les deux.  On les retrouve généralement assoupis chacun dans leur coin au petit matin.
Très rares sont les cas où des chats ne s’entendent pas du tout. Au pire, ils se partagent généralement les différents espaces de l’appartement dans le temps, évitant ainsi les conflits inutiles! Les chats sont finalement plus intelligents que certains humains ;-).

 

Le Feliway, une aide précieuse

 

Par moments, nous avons eu des loupés. Aram bien que castré à commencé à faire pipi sur le canapé et dans des endroits variés dans l’appartement. Je préfère le préciser mais un chat ne se venge pas, et n’agit pas par méchanceté. Un chat qui fait pipi répond généralement à une situation stressante. C’est un réflexe. La punition n’est pas une solution, parce que de un, le chat n’assimile pas ça a une bêtise, et de deux, il risque d’être encore plus stressé et de le faire encore plus. Il faut trouver la raison de ces pipis!
Nous avons donc patienté et réfléchi. Finalement, Aram faisait pipi quand on séparait les deux chats la nuit quand ils se battaient. Quand il se retrouvait dans la partie de l’appartement où nous n’étions pas, il était angoissé et faisait ce qu’il pouvait pour se calmer : pipi.
Depuis que nous avons arrêté de les séparer, il n’a plus jamais eu de petits soucis de fuite, même quand ils sont ensemble séparés dans le salon pour la nuit quand ils se découvrent une passion pour la lutte gréco romaine.
Ils ont aussi tendance à se battre souvent, alors nous avons en permanence un diffuseur feliway branché. Ce truc fonctionne à merveille. Quand il est vide, nous le remarquons rien qu’au comportement virulent de nos deux petits monstres.
Je ne suis pas forcément ravie d’en avoir besoin quotidiennement car c’est un produit un poil nocif (l’étiquette de nocivité ne nous permet pas de l’oublier), et je suis en train de tester les fleurs de bach, qui est une solution alternative bio et végétale aux comportements notamment dus au stress, à l’agressivité, à la peur et à la tristesse. Ils se pshitent directement dans la gamelle ou autours de l’animal.
Le feliway  aide en tout cas à réduire le stress et les comportements liés au territoire, à l’aide d’hormones rassurantes pour le chat. Ca tempère aussi bien les comportements de marquage/griffage que les réactions liées au stress. Dans notre cas, ça apaise tout le monde.

 

Coté pratique : vivre avec deux chats

 

Nous avons mis à disposition deux litières dès le départ, puisqu’ils étaient séparés. Dès qu’ils ont été mis ensemble, ils ont commencé à utiliser avec une indifférence totale les deux litières, à notre grande surprise.
Pour ce qui est de la nourriture, ayant Nova qui se traîne un léger surpoids, nous avons deux gamelle, mais à coté; il semblerait que faire cohabiter les chats pendant leur repas aurait tendance à les rapprocher et apaiser les tensions.
Par contre, si comme nous un des deux (ou les deux) est gourmand, il vous faudra certainement intervenir pour faire comprendre au glouton que l’autre chat doit terminer son repas avant qu’il puisse éventuellement toucher à sa gamelle.
Chez nous, Nova mange lentement, alors qu’Aram aspire les croquettes en un temps record. Ensuite, il attend patiemment à coté que Nova termine son repas, pour éventuellement se délecter de ses restes (qu’on ne lui laisse pas souvent car sinon il aurait doublé de volume).
Si vous n’êtes pas forcément là, vous pouvez avoir recours aux gamelles qui ne s’ouvrent que pour un seul chat. On en trouve sur zooplus, c’est une drôle de machine et certains chats auront peur de l’utiliser, mais renseignez-vous auprès de votre vétérinaire, la notre était prête à nous en prêter une pour essayer.
Enfin, il semblerait que le fait de ne pas laisser la nourriture en libre service aurait tendance à stresser un peu les chats, et leur donner une certaine peur de manquer ou une aggressivité, c’est donc à contrecoeur que nous avons opté pour les croquettes en plusieurs fois par jour.

 

Et la suite?

 

Les relations entre deux chats peuvent changer. Tout comme on voit Aram devenir de plus en plus calme (de manière vraiment relative, ce chat est une pile doublée d’un pot de colle ♥), Nova de plus en plus pataude, nous savons que cela changera certainement encore.
Ce qui est certain c’est que nous nous sommes assurés que les deux chats ne présentent pas de stress particulier dus à la présence de l’autre, ce qui était notre grosse crainte.
Nova est beaucoup moins angoissée la nuit, elle avait tendance à miauler pour nous demander de l’attention.
Pour l’apprentissage, il se peut que cela soit compliqué les premiers temps : Aram faisait énormément de bêtises (normal pour un petit chat!) et Nova s’y était remise aussi, par  défi peut-être ou pas imitation?
Il faut s’armer de patience et surtout ne pas faire acte de violence. J’ai entendu une voisine me dire qu’il fallait mettre une grosse claque à ses chats pour leur faire comprendre, je ne me vois pas caillasser mon chat alors que la patience finira par régler le problème. Ils sont maintenant tous les deux bien conscients quand ils font une ânerie, un haussement de voix ou un claquement de doigt (à vous de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vos chats), et ils arrêtent tout de suite ce qu’ils font. Même si comme Aram, il se peut qu’ils râlent parce que ça ne leur plaît pas et qu’ils sont de petits effrontés ;-).
De toute manière, je ne vous apprendrai rien en vous disant qu’on apprend à comprendre parfaitement son chat, ses envies et ses besoins et qu’on n’a donc pas besoin d’user de violence auprès de nos compagnons de vie. Ca pourrait en plus leur laisser un souvenir pour toujours et les rendre craintifs à juste titre.
Si vraiment vous voulez marquer le coup, un pshit d’eau ou une tape sur le nez (pas une beigne, une tape légère, pas plus) seront suffisamment désagréables pour leur faire comprendre qu’ils ne sont pas invités à reproduire ce qu’ils sont en train de faire.

 

En réalité, il y a assez peu de choses très objective à dire sur l’adoption d’un deuxième animal, si ce n’est de garder patience et bienveillance.
Nous sommes en tout cas comblés par nos deux amours de chats et faisons notre maximum pour leur donner ce que nous avons de mieux, en espérant un jour pouvoir leur offrir un extérieur pour gambader.
J’ai longtemps hésité sur la marche à suivre à l’adoption d’un deuxième chat, le mieux restant de demander plusieurs avis.

En espérant que cet article vous ait servi, n’hésitez pas à me poser des questions!

Un bisou de la part de toute la Déliacious Family

Délia ♥ qui te prévient que quand même niveau poils sur les fringues c’est un peu l’enfer 😉 

 

6 Commentaires

  • Toujours compliquer d’amener un nouvel animal à la maison, surtout quand il y en a déjà un ou plus à la maison. Il faut prendre le temps de laisser les deux animaux se rencontrer, mettre les points sur les i quand il le faut, apporter au-temps d’amour à l’un et à l’autre. Chez moi, mon chat a sa gamelle et le chat de mon copain à sa gamelle à son tour. Ils s’amusent à se chercher en allant dans la gamelle de l’autre. Il suffit de rappeler que non, ce n’est pas à lui il a la sienne, et cela se déroule de mieux en mieux.

    Ne pas oublier un seul des deux, apporter de l’amour à l’un et à l’autre. cela peut prendre du temps mais parfois ça match tout de suite.

    • J’appréhendais beaucoup mais ça s’est finalement bien passé!
      Maintenant chacun a bien compris les limites, c’est du bonheur du coup !
      Ca peut ne jamais vraiment matcher aussi, mais ce ne sera en tout cas plus la bagarre 😉

    • Oui! Au départ personne n’aurait cru qu’Aram, le petit deuxième tout blanc typé angora, finirait pas obéir. Et pourtant 😉 !
      Haha, il a pas mal goûté à l’eau : c’est un geste répulsif et inoffensif, c’est ce qui m’a fait me tourner vers cette démonstration de mécontentement. Ca a très bien fonctionné et le vaporisateur ne nous sert plus du tout !

Commenter

En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.