Recettes salées Sans gluten Vegan

Pickles de courgette

J’adore les courgettes, mais je dois bien avouer qu’au bout d’un moment, surtout quand la saison des tomates se calme, je ne sais plus trop quoi en faire même si j’adore ça. Après vous avoir partagé ma recette de cornichons maison en saumure, j’ai eu envie d’essayer de réaliser moi-même mes pickles de courgette, parce que ça tombait bien, y’en avait beaucoup, des courgettes!

C’est typiquement le premier légume où j’ai commencé à me dire « quelle corne d’abondance les pieds de courgettes! ». Alors certes, les courgettes ça peut aussi se foirer, mais quand ça donne, c’est genre la mère thérésa des légumes : sans compter!
Du coup ça devient vite envahissant et on se retrouve vite soit à faire de la monodiète de courgette, soit à laisser grossir des courgettes de la taille d’un bras sur les pieds.
Moi je n’ai rien contre les courgettes géantes, puisque je trouve ça pratique pour réaliser des grosses rondelles, mais faut bien admettre qu’elles ont plutôt mauvaise presse!

Avant de faire cette recette j’ai cherché à me renseigne sur les pickles. C’est simple, c’est compliqué. Chaque personne a l’air d’avoir sa recette, ses proportions, ses temps de fermentation/repos, bref, c’est un vrai foutoir culinaire digne de la lasagne ou de la ratatouille. Je me suis donc résolue à faire un test, avec un genre de gloubiboulga de tout ce que j’avais lu sur les pickles.

La recette est du coup très très simple, pas risquée niveau sanitaire puisqu’on a du sucre ET du vinaigre (donc pas de soucis trop élevé de bactéries craignos qui n’aiment pas l’acidité), et puis c’est vraiment un truc que, je trouve, on ne met pas assez dans notre nourriture. Les pickles et tous les trucs fermentés donnent un coup de fouet assez fou à tous les plats. Ca fait saliver, ça contraste, bref, moi j’en suis complètement fan! Je ne vous dirais pas que vous serez forcément comme moi à les manger comme ça à même le bocal (en même temps j’ai commencé jeune en croquant dans des citrons donc … je suis immunisée de l’acidité).

Pickles de courgette maison

Courgette aigre-douce

Courgette façon pickles

Pickles de courgette - Aigre-doux
Temps de préparation
15 min
 
Type de plat: condiment
Cuisine: French
Keyword: aigre doux, bocaux, courgette, fermentation, vinaigre
Portions: 1 pot d'un demi litre
Ingrédients
  • 150 g eau
  • 5 g sel
  • 5 g sucre
  • 10 g vinaigre blanc
  • 1 petit oignon jaune
  • 1 petite courgette
Instructions
  1. En tout premier, assurez-vous que votre récipient de conservation est propre : lavez le à l'eau savonneuse, rincez et séchez bien. Pour ma part je passe un petit chiffon propre imbibé de vinaigre blanc, puis je couvre d'un chiffon propre.

  2. Rincez votre courgette puis détaillez là soit en rondelles (fines de préférence, celles de la photos sont un peu épaisses et ça fait donc des sacrés morceaux de pickles!) soit en tranches très fines).

  3. Selon vote choix de découpe, réalisez des rouleaux ou bien calez les tranches les unes contre les autres en intercalant de l'oignon jaune. J'ai aussi ajouté du poivre en grain dans le fond du bocal mais honnêtement je ne sais pas si ça a un quelconque impact si ce n'est de faire joli.

  4. Faites bouillir l'eau avec le sucre et le sel. Ajoutez le vinaigre, remuez au fouet et versez sur la courgette dans les bocaux jusqu'à les recouvrir (c'est important). Plus l'eau sera chaude et plus le croquant des pickles sera prononcé!

  5. Laissez reposer au moins une journée au frais et consommez soit à l'apéritif, soit dans des salades ou des plats type burger.

  6. Niveau conservation, je n'ai pas de conseil à vous donner en particulier, je pense que ça doit largement pouvoir se conserver une semaine au frais. Raison pour laquelle je vous enjoins de faire de petites quantités 🙂 !

Avec cette recette de base on peut d’ailleurs faire un paquet de pickles de son choix, je pense que je n’y manquerai pas dans les mois à venir. Sans oublier bien sûr les recettes qu’on peut imaginer avec … Encore tellement de choses à inventer, imaginer, découvrir.

Cuisiner, un vrai engrenage sans fin, sauf quand faut faire la vaisselle. Plus qu’un mois et je retrouve mon lave vaisselle, pour lequel nous n’avions pas d’arrivée d’eau dans l’appartement presque parfait. La joie peut difficilement être expliquée à ce stade tellement j’ai le sourire jusqu’aux cheveux quand je pense au bonheur de tout balancer dans une machine, appuyer sur un bouton et m’en aller.
On parle rarement du progrès, mais c’est vraiment le truc le plus cool du monde quand même.

Bon pickles à toi.

Délia ♥ heureuse puissance dix d’imaginer son idylle avec son lave-vaisselle

4 Commentaires

Commenter

En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.