Recettes salées Vegan

Boulgour, courge rôtie et sauce cacahuètes

Je propose pas mal de recettes “complètes” sur le blog, dans le sens où c’est une seule recette, mais au quotidien, j’ai tendance à miser sur des assiettes composées plutôt qu’un vrai plat.
Outre le fait d’utiliser souvent les mêmes légumes, j’ai tendance à aussi user souvent des mêmes féculents pour les accompagner, et c’est finalement assez rare que je mange du boulgour alors que j’adore ça et que c’est assez rapide à cuire.
Aujourd’hui je vous propose une assiette qui vous fera vraiment mettre un pied dans l’automne et dans ses assiettes pleines de réconfort avec un boulgour accompagné de potimarron rôti, et d’une sauce cacahuètes.

Boulgour à la courge et sauce à la cacahuète

Rôtir du potimarron

Dans cette recette j’ai choisi de rôtir la courge car c’est vraiment ma manière favorite de les cuisiner de manière générale : ça fait ressortir leur petit goût sucré et ça apporte un côté caramélisé délicieux.
En général quand je mange de la courge, j’essaye d’ajouter une composante salée ou acide pour contrebalancer un peu leur côté bourratif et leur saveur sucrée.
Ici, on peut aussi tout à fait ne pas faire rôtir, mais cuire simplement à la vapeur, on perd simplement la coloration, et on aura une autre texture plus aqueuse.
Pour rôtir du potimarron, il vous faut un potimarron, et un four. Le potimarron est plutôt sympathique, car on peut facilement consommer sa peau, ou à défaut, la retirer ensuite sans trop de difficultés. Dans tous les cas je ne m’amuse pas à le peler !
Prenez un grand couteau, et coupez le potimarron en deux, puis en petits quartiers de taille équivalente, pour que la cuisson soit homogène.
Posez-les sur une plaque et huilez généreusement. J’ai essayé au pinceau mais les doigts sont quand même mon outil le plus pratique.
Ensuite, il vous suffit d’enfourner, de mettre un timer, et de partir faire votre vie.

Potimarron rôti à la sauce satay

Sauce à la cacahuète

Je n’ai pas osé l’appeler sauce satay parce que je pense que ça n’en est pas vraiment, mais l’idée est la même : on dilue du beurre de cacahuètes dans un peu d’eau, on fait épaissir et on obtient une super sauce très onctueuse et plus ou moins épaisse. Sur ce principe on peut songer à tout un tas d’alternatives, notamment à l’amande qui peut être vraiment délicieuse, car le principe reste le même. C’était d’ailleurs un peu ce principe dans ma recette de courge et de pommes de terre à la sauce échalote.
Pour la relever ici j’ai conservé l’échalote (parce que l’échalote a toujours tout bon), un peu de sauce tamari et un peu de jus de citron pour ajouter une peu d’acidité bienvenue pour donner du relief à cette crème.
Pensez à bien saler, ou à mettre assez de sauce tamari en gros, pour que ça contraste entre la douceur de la courge et de la cacahuète, sinon ça fait perdre un peu de son intérêt au plat.

Courge rôtie au boulgour

Ajouter des protéines à l’assiette

C’est assez rare pour être notifié : je n’ai pas ajouté de source de protéines dans cette assiette. Enfin je dis protéines, c’est assez faux, c’est plus une source de fer que de protéines. Des légumineuses en gros !
J’ai tendance, comme beaucoup de personnes menstruées, à avoir une tendance facile à la carence en fer. J’essaye donc de faire d’autant plus attention même s’il semblerait que je ne coupe pas à ma petite cure de fer à intervales réguliers (ce qui n’est pas pour m’enchanter mais disons que je préfère ça aux effets d’une carence en fer).
Long story short, je mets donc presque systématiquement des légumineuses dans mes assiettes, et quand j’ai mangé ce plat, j’ai ajouté un peu de tofu sauté (celui dont je vous parle souvent, le tofu noisette épinards de chez tossolia, que je détaille en très gros cubes et que je mange comme ça).
On peut évidemment plonger dans la douceur du tempeh caramélisé aux oignons façon porc caramel, ou dans un sticky tofu. Bien évidemment, une méthode particulièrement simple peut aussi être de réhydrater quelques protéines de soja texturées et de les ajouter à la sauce sans la faire trop épaissir.

J’ai choisi le boulgour parce que j’en mange rarement, mais je vois bien aussi du petit épeautre.
Et pour parfaire le tout, je sais que quelques personnes vont faire une grimace du siècle, mais essayez la coriandre fraîche : c’est vraiment un game changer, ça apporte beaucoup de fraîcheur, et les coriandre lovers vont se régaler !
Pour les autres, désolée pour vous : râpez du savon par dessus, ça devrait faire pareil !

Potimarron rôti à la sauce satay
Imprimer la recette
5 de 1 évaluation

Boulgour au potimarron rôti et sauce à la cacahuète

Un plat d'automne avec de la courge (potimarron) rôti au four, et servi avec du boulgour et une sauce aux cacahuètes onctueuse. Le tout est relevé avec de la coriandre qui vient apporter une touche de fraîcheur.
Temps de préparation40 min
Type de plat: Plat principal
Cuisine: vegan, Végétarienne

Ingrédients

  • 1 kg potimarron
  • 2 c. à soupe huile d'olive
  • 150 g boulgour (et 2 x le volume en eau)
  • 1 échalote
  • 1 filet huile
  • 4 c. à soupe purée de cacahuètes
  • 2 c. à soupe sauce tamari
  • 300 g eau
  • 1 c. à soupe jus de citron jaune
  • 1 c. à café sirop d'érable
  • 20 g coriandre fraîche

Instructions

Préparation du potimarron rôti

  • Rincez le potimarron, et brossez si besoin la terre (il paraît que c'est de là que viennent les légumes).
  • Coupez le pédoncule, puis coupez la courge en deux puis en morceaux de taille égale (pas trop gros pour éviter une cuisson très longue). N'oubliez pas évidemment de retirer les graines, et les filaments.
  • Disposez sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, puis huilez généreusement et enfournez à 200°C pendant 25 minutes environ. Contrôlez la cuisson en plantant une lame de couteau ; elle doit s'enfoncer sans difficulté, et la courge doit commencer à légèrement colorer.

Cuisson du bouglour

  • Pendant que le potimarron cuit, occupez-vous de cuire le boulgour. Pour ça, on va mettre 2 fois le volume du boulgour dans une casserole à bouillir, on met alors le boulgour et on fait cuire 8 minutes sur feu doux. Ensuite on couvre, on laisse gonfler, et normalement c'est parfait !
  • Couvrez pour garder au chaud.

Préparation de la sauce cacahuètes

  • Dans une casserole à fond épais, ou une sauteuse (mais pas trop large), faites revenir l'échalote finement détaillée dans l'huile d'olive.
  • Une fois cette dernière cuite, ajoutez le reste des ingrédients (la sauce tamari, l'eau, le sirop d'érable, la purée de cacahuètes) et remuez pour diluer cette dernière.
  • Faites chauffer sur feu doux pendant une dizaine de minutes, jusqu'à ce que la sauce épaississe légèrement : c'est à votre convenance au niveau de la texture, mais il est important que la sauce nappe ! Vous pouvez éventuellement la mixer pour obtenir quelque chose de très lisse.
  • Ajoutez le trait de jus de citron, et ciselez la coriandre (rincez-là avant tout de même).
  • Servez le tout et laissez chacun faire sa composition.
  • Pour ajouter un peu de "chaleur", vous pouvez ajouter un peu de piment de cayenne pour un effet relevé.

3 Commentaires

Commenter

Evaluation de la recette




En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.