Desserts Sans gluten Vegan

Verrines façon mont Blanc

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui c’est un dessert relativement simple que je vous propose ! J’ai entendu vos appels à l’aide pour des recettes express et petit budget, aujourd’hui on est dans ce cas de figure, j’espère donc que ces verrines façon Mont Blanc vous plairont !

Verrines façon Mont blanc

Le Mont blanc, un dessert aux marrons

Là vous allez vous dire, mais les marrons c’est super cher, elle a fumé son string la dame ! Si les châtaignes (de leur vrai nom, puisque les marrons, fruits du marronnier, sont toxiques), sont onéreuses, on trouve de la crème de marron à des prix tout à faire raisonnables. Ca permet d’apporter un peu de la saveur et texture de ce produit d’exception, sans trop casser le porte-monnaie !
J’ai pris une marque tout à fait classique au rayon confitures, avec une pointe de vanille, c’était tout indiqué pour ce dessert !

Mais le Mont-blanc, c’est quoi ? A part une montagne !
C’est un dessert traditionnellement composé de meringue, de chantilly et de marrons passés au tamis. J’en ai eu fait au travail, on ajoutait une petite touche acidulée avec une compotée d’églantine, c’était incroyable ! Je n’ai plus jamais vu de quoi remanger de l’églantine mais j’en garde un souvenir impérissable.

Pour faciliter les choses, j’ai choisi de réaliser un dessert sans chantilly, avec un peu de yaourt nature, pour un côté frais et légèrement acide, avec un peu de confiture de Myrtilles, de la crème de marron, et des petites meringues.
On obtient un dessert simple et léger pour les fins de repas un peu trop garnis.

Faire ses meringues vegan

Plusieurs personnes m’ont demandé si les meringues qui composent ce dessert étaient bien vegan. Elle le sont ! L’aquafaba, nom pompeux donné au simple jus des boîtes de pois chiches, permet cette merveille de la science. Sa composition assez proche du blanc d’oeuf, lui permet de foisonner.
Il réagit un peu différemment du blanc d’oeuf dans le sens où il faut fouetter l’aquafaba plus longtemps avant d’obtenir une belle meringue, mais les résultats sont presque identiques.

On prendra bien soin de suivre les étapes indiquées dans la recette, et je vous conseille de vraiment insister sur le fouet, surtout si vous n’avez qu’un fouet électrique à main et pas un robot : on obtient moins facilement le bon résultat car la puissance n’est pas la même.
Une part très importante dans les meringues, c’est la cuisson : cette dernière est d’ailleurs plus un séchage qu’une cuisson. Elle s’opère à 100 degrés, pas plus, et cela doit durer aussi longtemps qu’il le faut pour obtenir des meringues bien dures et crissantes.

Si jamais vous vous posez des grandes questions sur la meringue, j’y ai également consacré toute une partie dans mon ebook de pâtisserie vegan, que je vous encourage évidemment très vivement à vous procurer.
S’il est agréable d’avoir de jolies meringues cannelées, on peut aussi les réaliser en déposant des petits tas, à la cuillère ou en garnissant un sac congélation (je vous préviens, c’est pas hyper pratique, je vous conseille de vous acheter une poche à douille réutilisable ou jetable, vous aurez plus de facilité).

Une chose pour sûre : dans ce dessert, même si vos meringues sont un peu retombées (c’est généralement le pire qui peut vous arriver dans cette recette), elles n’ont pas besoin d’être parfaites ici comme ce pourrait être le cas d’une pavlova.

Préparation des verrines

Sur le principe c’est simple : on peut préparer les meringues très à l’avance, tant qu’elles sont conservées au sec dans une boîte en métal ! On peut donc préparer tranquillement ces dernières, loin du rush du repas des fêtes !
Concernant le yaourt, je vous encourage à prendre une marque qui n’a pas un goût trop marqué, bien frais : ici je reste fidèle à Sojade et sa version nature ou à la grecque (cette deuxième option aura un rendu plus “fromage blanc”).
On peut y ajouter un peu de purée d’amande pour l’adoucir, mais normalement avec la confiture et la crème de marron, il y aura assez de sucre pour compenser la légère acidité du yaourt.

Si on peut préparer en amont les verrines avec le yaourt, la confiture et la crème de marron, il faudra ajouter les meringues au dernier moment : autrement, elles ont tendance à fondre. On perd alors tout leur potentiel croquant !

Enfin, n’hésitez pas à vous amuser et servir ce dessert dans des verres à pieds ou des contenants originaux. J’ai choisi ici de jolies verres destinés plutôt à l’apéritif, que j’aime beaucoup. On leur donne tout de suite un côté festif et spécial.

Enfin, si vous le souhaitez, et que ça ne fait pas exploser votre budget de noël, vous pouvez ajouter quelques brisures de marrons glacés dans ce dessert : le yaourt nature a le dos large pour compenser la dose de sucre !

Enfin, si ce dessert ne vous parle pas ou que vous avez d’autres projets, n’oubliez pas de consulter ma page de recettes pour les fêtes ; vous y trouverez de l’inspiration pour votre repas de Noël !

Dessert à la crème de marron

Verrines façon Mont Blanc

Un dessert rapide à préparer le jour J, inspiré du célèbre Mont-blanc. Composé de meringue, de yaourt et de confiture, avec une pointe de crème de marron, on obtient un dessert équilibré, dont la fraîcheur sera appréciée en fin de repas.
Temps de préparation1 h
Temps de cuisson1 h 45 min
Type de plat: Dessert
Cuisine: Française
Portions: 4 personnes

Ingrédients

  • 400 g yaourt de soja classique ou façon grecque
  • 200 g aquafaba réduit à 120 g
  • 270 g sucre en poudre
  • 120 g sucre glace
  • 1 trait citron
  • 1/2 c. à café arôme vanille
  • 4 c. à soupe confiture de myrtilles
  • 4 c. à soupe crème de marron

Instructions

  • Réalisez les meringues. Cette étape peut être réalisée bien en amont du jour du service, à condition que les meringues soient conservées dans un endroits secs (comme une boîte en métal). Notez qu'il est plus pratique de faire une double recette de meringues, car elle foisonnera plus facilement. Celle présentée peut donc être divisée par deux, mais je vous le déconseille. Profitez-en plutôt pour faire des petits cadeaux gourmands avec l'excédent, en les trempant partiellement dans du chocolat par exemple !
  • Faites réduire l'aquafaba en le faisant chauffer à feu moyen dans une casserole. Il doit réduire pour obtenir un poids de 130 (ici j'ai fait un peu trop réduire, je vous ai noté ce qu'il restait comme poids par égard pour la précision).
  • Mettez à foisonner dans la cuve de votre batteur (oui oui, à chaud, on s'en fiche totalement de sa température à l'aquafaba), avec le sucre en poudre directement dans la cuve, et le trait de jus de citron. Ca va permettre aux grains de sucre de fondre pendant que la meringue foisonne.
  • Une fois que vous obtenez une meringue bien brillante er ferme qui fait le "bec d'oiseau", mettez à vitesse plus élevée pour resserrer la meringue.
  • Baissez la vitesse, puis ajoutez le sucre glace et un peu d'arôme vanille. Ne fouettez pas trop longtemps ni trop fort, le but est juste d'incorporer ce sucre glace, mais si vous insistez trop vous risquez de faire retomber la meringue. Au passage : oui, c'est beaucoup de sucre, un peu plus qu'en traditionnel (où on est sur le double du poids), mais c'est comme ça que la meringue tient le mieux.
  • Pochez ou déposez sur une plaque : ici la forme nous importe peu disons, vous pouvez même l'étaler sur une plaque pour ensuite en casser des morceaux à votre guise. Ne vous rendez pas chèvre quoi qu'il arrive !
  • Faites sécher pendant 1h45 au four à 100°C. N'hésitez pas à contrôler la cuisson et ouvrir de temps en temps pour laisser la vapeur s'échapper.
  • Vérifiez la cuisson très simplement, en mettant votre doigt, et en en croquant une : le coeur doit être bien sec, sinon la meringue se réhumidifie par la suite.
  • Préparez vos plus jolis récipients. Gardez en tête que ce dessert viendra clore un repas certainement copieux. J'ai mis des quantités moindres au volume de la photo en indicatif (je devais avoir 150 g de yaourt par verrine), mais je trouve que ça fait beaucoup après avoir mangé. A vous de voir pour vos portions !
  • Mettez le yaourt, la confiture de myrtilles, la crème de marron, et au moment de servir et pas avant, concassez grossièrement de la meringue (il doit rester des bons morceaux !).
  • Servez en laissant crème de marron et confiture à disposition des hôtes les plus gourmands ! Vous pouvez également ajouter quelques décorations en sucre, de celles qu'on garde toujours pour les événements, et qui donnent un peu de joie.

2 Commentaires

Commenter

Evaluation de la recette




En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.