Recettes salées Vegan

Gnocchi à la courge butternut et à la sauge

Dans la série des recettes passion, je commence à avoir une sacrée ribambelle de gnocchi sur le blog! Du très simple gnocchi de pomme de terre au gnocchi à la betterave, je voulais aujourd’hui vous proposer une variante de gnocchi à la courge butternut.

Gnocchi de courge butternut

Faire des gnocchi avec autre chose que des pommes de terre

La préparation des gnocchi est plutôt facile, mais une grande partie de la facilité de cette préparation tient surtout à la texture de la pomme de terre, farineuse, fondante et finalement peu humide.
Dès qu’on choisit un autre légume, dans beaucoup des cas on perd totalement l’amidon, et on gagne surtout en humidité.
Le risque ensuite, c’est alors de trop fariner et d’avoir une texture un peu élastique, farineuse et peu agréable, finalement pas du tout fondante.

Avant de vouloir faire des gnocchi avec autre chose que des patates, réfléchissez donc bien : quelle est l’humidité de ce légume relativement à la patate, comment la compenser?

Et si vous trouvez l’idée de faire des gnocchi d’autre chose que de patate nature absurde, ça en fera plus pour nous, adorateurs.trices des morceaux de légumes pochés.

Gnocchi de butternut

Gnocchi de courge butternut

Pour cette recette, j’avais déjà fait une première recette, que je trouvais un peu trop élastique au niveau du rendu, car sans avoir ajouté de pomme de terre, j’avais du mettre beaucoup de farine pour pouvoir travailler la pâte et former les gnocchi, et je trouvais que ce n’était pas parfait.
La courge butternut a une saveur assez douce, mais ses notes sucrées ne sont pas mangées ni par la pomme de terre, ni par la faible quantité de farine ajoutée à la recette !
On est sur un tant pour tant pomme de terre et courge butternut, qui permet à mon sens de garder le fondant des gnocchi, et la texture qu’on leur apprécie tant : fondants mais capables d’être travaillés sans peine.

Quand je dis sans peine, c’est tout de même un peu plus collant que quand on travaille des gnocchi classiques. Farinez raisonnablement votre plan de travail pour bien y arriver.
Dans le jargon pâtissier, on dit “fleurer”, pour désigner ce geste de jeter harmonieusement la farine sur le plan de travail, ce geste si poétique qu’on voit en ralenti dans 98% des reportages sur le pain un peu stylés. C’est un geste en réalité plutôt sec et rapide, qui évite de se retrouver face à une montage de farine jetée en tas à un seul endroit.
Ce soir je suis d’humeur magnanime je vais donc t’expliquer comment gagner ce pouvoir. Il te suffit de prendre une petite quantité de farine dans ta paume, puis de viser sur le côté comme si tu voulais déposer la farine dans l’air en entrouvrant ta main. En gros, ne vise pas ton plan de travail, mais imagine un plan de travail parallèle au tien, placé plus en hauteur, que tu voudrais viser avec ta farine.
Si vous mettez trop de farine il sera compliqué de faire un boudin avec votre pâte à gnocchi.

Ensuite, le classique combo, calibrage, roulage et marquage ou non à la fourchette ou à la planche à gnocchi selon votre bon plaisir.

Gnocchi de butternut sans oeufs

“Beurre” de sauge

J’ai au jardin un immense buisson de sauge, enfin j’avais, parce qu’il a commencé à mourir fin d’été, et que j’attends de voir si le printemps le ressuscitera ou l’achèvera.
Je n’ai jamais vraiment connu la sauge dans la cuisine de ma famille, pas plus que je ne cuisine maintenant la sauge, j’ai donc surtout laissé ce buisson pour sa valeur décorative et hautement mellifère à la saison de sa floraison.
Evidemment et avec beaucoup d’ironie, c’est quand j’ai voulu faire cette recette que je me suis retrouvée sans sauge ou presque.

Habituellement on fait un beurre de sauge en faisant revenir du beurre, qui devient noisette, avec de la sauge. Elle frit et prend une texture croustillante très agréable.
Pour ma part, n’étant pas une immense fan de margarines au niveau du goût, je trouve plus intéressant d’utiliser de l’huile d’olive, qui apporte une saveur plus fleurie.

Ensuite, on fait alors simplement revenir les gnocchi pochés dans l’huile parfumée à la sauge, et on les fait dorer de tous les côtés.
Après, on sert avec l’huile et on se régale. J’ai mangé ça avec du célerisotto et des aiguillettes de soja et rien que de vous l’écrire j’en salive encore.

Gnocchi sauge et butternut

Recette de gnocchi à la courge
Imprimer la recette
5 de 3 évaluations

Gnocchi de courge butternut à la sauge

Des gnocchi à base de courge butternut et de pomme de terre, pour une bonne tenue et une texture fondante. Cuits dans de l'huile parfumée à la sauge, leur saveur délicate s'accordera avec beaucoup de plats.
Temps de préparation1 h
Temps de cuisson20 min
Type de plat: Accompagnement
Cuisine: italienne
Portions: 4 personnes

Ingrédients

  • 300 g pomme de terre à chair farineuse (c'est important)
  • 300 g courge butternut
  • 1 c. à café sel
  • 150 g farine de blé
  • 30 g huile d'olive
  • 10 feuilles de sauge
  • 30 g noisettes

Instructions

  • Je vous dis souvent que vous allez échapper à l'épluchage, mais cette fois-ci, pardon, mais il va falloir vous mettre à la lutte gréco-romaine avec votre butternut.
    Epluchez et la courge, et les pommes de terre.
  • Détaillez en morceaux et mettez à cuire dans votre cuit vapeur. La cuisson varie selon l'âge de la courge (plus elles sont vieilles et plus elles sèchent), et de vos pommes de terre. Plantez un couteau et retirez au besoin la butternut avant.
  • J'ai utilisé un presse-purée à manivelle pour réaliser une purée fine de pomme de terre (qu'on ne peut pas vraiment mixer sinon bonjour les dégâts ou le fromage de patate), et mixé la courge butternut, qui elle ne craint rien de ce côté là.
  • Mélangez bien les deux avec le sel et la farine, à chaud, pour obtenir une pâte homogène mais un peu collante.
  • Farinez votre plan de travail, juste ce qu'il faut, et garder un bol avec de la farine à proximité, car au fur et à mesure on a besoin d'en ajouter. Roulez des boudins, et détailles des morceaux réguliers. Pour le façonnage à vous de voir si vous voulez ou pas réaliser les rainures caractéristiques! Je le fais à la fourchette mais c'est long et pas parfait, et il faut bien maîtriser la quantité de farine sinon ça reste collé dessus.
  • Ensuite, faites chauffer de l'eau avec du sel. Faites bouillir et mettez des gnocchi dedans : pas trop d'un coup sinon il se collent entre eux.
  • Attendez que les gnocchi remontent (bon, et mettez un coup d'écumoire pour vérifier qu'ils sont pas collés dans le fond parce qu'une fois comme ça j'ai sacrément attendu haha), et récupérez-les avec une écumoire.
  • Ensuite, faites chauffer l'huile avec les feuilles de sauge, et faites revenir quelques minutes, jusqu'à ce que les feuilles cuisent. Ajoutez les gnocchi et laissez colorer, pour qu'ils deviennent croustillants, en retournant régulièrement pour colorer une maximum de surface.
  • Servez avec les noisette torréfiées (passage au four pendant une dizaine de minutes), et un filet d'huile d'olive bien fruitée.

Notes

Les portions sont difficiles à évaluer, tout dépend de si vous faites des gnocchi un repas complet ou si c’est un simple accompagnement, je vous conseille donc de réaliser cette recette une première fois pour jauger votre quantité idéale de gnocchi.
Si vous voulez, vous pouvez faire ces gnocchi avec d’autres courges.
Pour le service, n’hésitez pas à ajouter des noisettes torréfiées : passez quelques noisettes au four à 190°c pendant une dizaine de minutes jusqu’à ce qu’elles colorent et prennent une odeur de pâte à tartiner.

7 Commentaires

  • si ta sauge ne se remet pas, je devrais pouvoir te fournir des boutures .
    ( j’en colle toujours dans la pâte de mon seïtan)
    Pourquoi ne passes-tu pas la courge aussi au presse-purée à manivelle pour éviter la vaisselle du mixer ?
    curieusement je n’ai jamais fait de gnocchis ( alors que les nouilles c’est souvent) il va falloir que je m’y colle

  • 5 stars
    Testé et approuvé ce soir!
    A défaut de Butternut, je les ai cuisinés avec du potiron. Texture parfaite et délicieuse!
    Merci pour cette recette (et toute les autres, of course!)

  • 5 stars
    Testée hier soir et approuvée!
    C’était très bon!
    Par contre je n’ai pas trop senti le goût de la sauge, mais je n’ai peut-être pas la bonne variété!

    • Hello Laurette!
      Ha, j’admets qu’ici je l’ai bien senti mais peut-être qu’il y en a des variétés plus ou moins savoureuses? Quand tu froises les feuilles ça sent?

  • 5 stars
    Merci beaucoup pour cette recette savoureuse, et surtout… croustifondante !
    Rien à voir avec les gnocchi tout fait, la texture est top selon moi : fondante sans se casser la figure, pas élastique pour deux sous… un vrai plaisir, surtout après un passage à la poêle.

    En revanche je n’avais pas de sauge, je l’ai remplacée par une échalote sautée à l’huile d’olive, du basilic et un peu de zeste d’orange et c’était très bon !

    • Coucou Maude!
      Un peu délicats à former peut-être parce que la pâte est mois amusante que celle des patates, mais oui, le fondant … !!
      Je vois que tu as su habilement adapter, c’est bien le principal 😉

Commenter

Evaluation de la recette




En publiant ce commentaire, vous autorisez la collecte de vos informations (adresse e mail et IP) qui ne seront utilisés qu'à cette fin précise. Pour plus d'informations sur la collecte de données consultez mes mentions légales.